Tout ce que je veux, c’est vendre de la crème glacée

Les 12 derniers mois ont pas été faciles, il faut que je vous le dise.

Après un accident de ski et 189 jours de congé de maladie, à me demander si un jour je reprendrais ma vie d’avant…

Après avoir repris le travail à 50 % d’abord, puis à 110 % pour compenser le manque d’heures du début…

Après maintenant 23 semaines à parcourir en moyenne 90 kilomètres par jour pour me rendre au travail, dans des routes de campagne de marde et dans des conditions météo pas toujours drôles et souvent imprévisibles…

Après m’être adaptée depuis septembre à 93 nouveaux élèves âgés de 16 à 94 ans, chacun avec ses besoins, ses objectifs, ses difficultés, ses diagnostics, ses rêves et sa personnalité propre…

Après avoir eu à enseigner de l’alphabétisation, du français, des maths, de l’informatique, de la francisation, du cerveau actif, de l’histoire et préparé des cours pour 26 niveaux ou matières différentes (oui, oui, dans la même semaine!)…

Après m’être déboité l’épaule à trainer ma boite à lunch, mon gros sac d’école, ma sacoche, mes souliers pour l’intérieur et parfois mon ordinateur portable dans 6 écoles différentes et deux résidences pour personnes âgées chaque semaine…

Après avoir regardé ma situation professionnelle en face et vu que ça m’avait pris 7 ans d’attente et d’investissement pour en arriver là…

Après être allée en vacances au bout du monde, avoir décroché, être revenue et m’y être replongée de force, au coeur de l’hiver…

Après avoir, par dessus le marché, enduré jour après jour des douleurs chroniques, souvenirs trop présents de mon accident de 2015…

Il faut que je vous dise, après tout ça, j’ai pas juste envie de vendre ma maison et de déménager. J’ai envie de changer de vie. J’ai des images tout à fait fabuleuses dans la tête, quand je pense à mon avenir rêvé…

Je me vois derrière mon comptoir de crème glacée, avec mon petit tablier fleuri, mon beau sourire et mes clients satisfaits, préférablement dans un pays où il fait toujours chaud…

On a vendu la maison et on déménage, oui. Mais soyons réalistes, les chances que j’aille vendre de la crème glacée au salaire minimum sont… minimes. Car j’aime aussi le luxe, ça aussi il faut que je vous le dise. Faudrait que j’aie mon commerce, et ça, c’est une autre paire de manches (et de chaines, ce dont je n’ai aucune envie).

Je voudrais juste vendre de la crème glacée, ou des brioches, ou encore des souvenirs aux touristes, comme quand j’étais étudiante, mais la tentation est grande de sauter sur la première « vraie » job à l’horizon. La preuve, je viens de passer une entrevue pour le type d’emploi que j’ai osé quitter il y a deux ans. Un beau poste en éducation à Québec, qui mettrait à profit mes 20 années d’expérience dans le domaine. C’est tellement plus simple de sauter sur la première case sécurisante que de réaliser ses rêves…

J’ai envie de changer de vie mais je m’en rends compte, ça sera pas si facile non plus.

Publicités

5 commentaires sur « Tout ce que je veux, c’est vendre de la crème glacée »

    1. Oui, et c’est fou comme une seule décision peut changer une vie et amener tout une série de nouveaux chemins et de nouvelles rencontres.

      J'aime

  1. Les vrais changements mettent du temps à se faire. L’essentiel c’est d’y penser et d’en rêver. Une main invisible oeuvre pour ouvrir les portes, il faut garder les yeux ouverts pour les voir et les traverser, le moment venu. C’est du moins ce que je me dis à moi même. Bon courage!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s